Archives du mot-clé Afrique

Les Actes sonores et visuels de la conférence IpaP-IAM sur les élections en Afrique, du 26 juin 2015

Contributions et débats sur :

LES ÉLECTIONS EN AFRIQUE AUJOURD’HUI : ENJEUX, DÉFIS ET RISQUES

Séquences audio

  • Propos liminaires, Jean-François Akandji-Kombé (0:00:00 à 0:04:56)
  • La Religion et élections en Côte d’Ivoire, Marie MIRAN-GUYON, Maîtresse de conférences à l’EHESS
    (0:04:57 à 0.27:28).
  • Transition, Jean-Baptiste Harelimana, Président du Conseil d’Orientation de l’IAM, modérateur (0:27:28 à 0:28:45).
  • La stabilisation par l’élection ? L’exemple de la République centrafricaine, Jean-François AKANDJI-KOMBÉ, Professeur à l’École de Droit de la Sorbonne, Doyen honoraire de la Faculté de Droit de Caen, Président de l’IpaP (0:28:45 à 1:03:38).
  • Transition, Jean-Baptiste Harelimana (1.03.38 à 1:05:45).
  • Election et risques d’instabilité en Afrique, Professeur Maurice KAMTO, Professeur des Universités, et Membre de la Commission de Droit International des Nations Unies (1:05:45 à 1:20:26).
  • Transition, par Jean-Baptiste Harelimana, et débats avec la salle (1:20:27 à 1:50:22).

La bande audio de la conférence-débats

Cliquer sur le lien suivant : Les élections en Afrique aujourd’hui

Galerie photos de la conférence

Action pour la paix

Oeuvrer par tous les moyens au rétablissement de la paix et contribuer à créer les conditions d’une paix durable : voilà des exigences essentielles pour l’Afrique de demain. Il y a là aussi des missions prioritaires pour l’IpaP.

L’IpaP a, en effet, vocation à oeuvrer à la réalisation de ces objectifs, à travers des projets qui s’adaptent aux contextes locaux et nationaux et qui font participer les acteurs nationaux autant qu’africains et internationaux.

L’IpaP a choisi, pour entamer son action au service de la paix, de se focaliser sur la République centrafricaine et, s’agissant des actions susceptibles d’y être menées, de s’atteler à l’élaboration d’un Manuel d’éducation à la paix pour la jeunesse.

D’autres projets ne manqueront pas de suivre.

L’identité collective par la mémoire

Les enjeux de la mémoire sont au coeur des raisons d’agir de l’IpaP. Avec une priorité pour la mémoire collective : celle qui tisse le lien entre les personnes en les unissant par un passé partagé ; celle qui nous rappelle d’où nous sommes, ce que nous sommes, l’héritage de valeurs qui nous a été transmis.

Le défaut de cette mémoire, prise dans tous les registres qu’elle recouvre (récits de toutes sortes, musique, danses…), la méconnaissance ou l’ignorance des liens et valeurs qu’elle transporte, ne sont sans doute pas étrangers à bien des errements sur le continent, à bien d’errances individuelles, et même à nombre de violences collectives.

Les fondateurs de l’IpaP sont conscients de ce que ce défaut de mémoire n’a pas la même intensité partout. Il est des pays ou des sous régions où la mémoire véhiculée par la tradition orale est restée vivace grâce à sa transcription par écrit, dans des manuels d’histoire, des romans, des ouvrages de contes ou de poésie, etc; ou à travers des documents audio-visuels. Mais il est d’autres pays où ce type de processus est resté embryonnaire.

C’est le cas de la Centrafrique. Raison pour laquelle le premier projet de l’IpaP porte sur ce pays.

D’autres projets viendront qui prolongeront cette initiative vers d’autres pays africains.